CS 13 étoiles
 

Club Sportif 13 Etoiles

Accueil Course Théories Dopage Plan
Divers Temps Liens Triathlon Photos


Définition du dopage

Prévention

Qui peut être contrôlé
en Suisse
?

Faits divers

Liste des produits interdits et des médicaments autorisés

Statuts concernant le dopage en Suisse

Passeport biologique

Liens


Faits divers


Faits
Commentaires
Avril 2013: un "sportif" neuchâtelois - coureur à pied et cycliste - a été intercepté après avoir commandé des produits dopants (notamment de l'EPO) par internet. Interrogé à la télévision avec le visage floué, cet individu se justifie évidemment par des inepties et menace même ceux qui citeraient son nom de poursuites judiciaires.

 

Deux indices: son prénom comporte 9 lettres et son nom 12.

 

Avril 2013: le médecin espagnol Fuentes, au coeur d'une vaste affaire de dopage, écope d'une peine ridicule après sept ans de procédure (opération dite Puerto). Voir à ce sujet l'excellent article du journal le Monde. C'est ici. A quand de véritables sanctons vis-à-vis du sport espagnol qui se fout de la gueule du monde depuis de nombreuses années ?
Février 2013: le Kényan Wislon Loyanae Erupe a été suspendu pour 2 ans, pour usage d'EPO, suite à un contrôle inopiné. Il avait gagné le marathon de Séoul en mars 2012 (2 h 05' 37''). Voir un peu plus bas, le commentaire de juillet 2012 sur les Kényans.

Janvier 2013: Lance Armstrong, acculé de tous côté, avoue enfin s'être dopé quasiment tout au long de sa carrière.

Le fait qu'Armstrong était dopé n'a pas dû surprendre beaucoup de gens. J'ai perdu toute sympathie pour Armstrong à partir du moment où il s'en est pris directement à Christophe Bassons durant le Tour de France 1999, lequel dénonçait le dopage dans le milieu du cyclisme.
Il est intéressant de noter que Richard Chassot, dans le "Matin" du 27.04.2009 déclarait ceci: "Notre sport a vraiment réglé les problèmes de dopage. Ce qui n'est vraiment pas le cas dans d'autres disciplines..." Merci Richard pour votre belle clairvoyance.

Juillet 2012: selon la revue "Sport et Vie" (n° 133, juillet-août 2012), c'est au journaliste allemand Hans Joachim Seppelt, spécialise du dopage pour la télévision allemande ARD (il opère le plus souvent en caméra cachée), que l'on doit la connaissance de plusieurs affaires de dopage que certains auraient voulu occulter, comme l'affaire Cantador ou l'affaire du laboratoire viennois Humanplasma. Dernièrement, il a enquêté au Kenya, se faisant passer pour un agent de coureurs européens en stage au Kenya. Il est entré en contact avec le médecin de Pamela Jelimo, championne olympique du 800 m à Pékin. Ce médecin lui a révélé à quelle clinique il devait s'adresser pour des transfusions sanguines, lui a proposé de le fournir en hormone de croissance, lui a dit où il pourrait se fournir en EPO, etc. Ce médecin a encore précisé que les contrôles anitidopage au Kenya sont rarissimes.

Rappelons qu'au Kenya ainsi qu'en Ethiopie, il n'y a pas d'agence nationale antidopage et qu'il n'est pas simple du tout d'acheminer les échantillons d'urine et/ou de sang à Bloemfontein en Afrique du Sud, là où se trouve le seul laboratoire d'analyse du dopage de toute l'Afrique ! Bloemfontein se trouve à plus de 5000 km du Kenya ou de l'Ethiopie.

 

31 mai 2012: le "Matin" nous apprend que le dossier de dopage présumé dans l'athlétisme espagnol connu sous le nom d'opération Galgo est classé "faute de preuves". La juge Mercedez Perez a ordonné "le non-lieu et le classement des procédures" engagées contre douze accusés, dont Marta Dominguez, championne du monde du 3000 m steeple en 2009. Qui peut être surpris ? Voir un peu plus bas le tollé déclanché par Yannick Noah à propos des sportifs espagnols.
Février 2012: le triathlète valaisan Alexandre Dällenbach a été reconnu coupable de dopage à la testérone suite à un contrôle effectué lors d'une compétition le 25 juin 2011. Alexandre Dällenbach, né en 1991, est le fils d'Alain et de Chantal Dällenbach. Le Franco-suisse Alain fit une carrière modeste dans le cyclisme et le triathlon. Quant à Chantal, elle a obtenu de nombreux titres de championne de France et de Suisse en course à pied. Dans le milieu sportif, ce qui vient d'arriver à Alexandre ne surprend que les naïfs....
Alain est déjà le père de jumeaux issus d'un premier mariage, Axel et Aymeric, nés en 1976. Axel avait aussi entamé une carrière sportive dans le cyclisme. Un article lui avait été consacré dans le numéro 99 de "Sport et Vie". Hallucinant!
Voir l'article de "Sport et Vie" (en pdf).
6 février 2012: le Tribunal arbitral du Sport a condamné l'Espagnol Alberto Contador à 2 ans de suspension et l'a privé de ses victoires 2010 au Tour d'Italie et au Tour de France pour un contrôle antidopage positif au Tour de France 2010.
Il a fallu à peu près 1 an et demi pour arriver à cette décision car, dans un premier temps, Cantador a été blanchi par la Fédération espagnole - ce qui n'est pas étonnant - et qu'ensuite, l'Union cycliste internationale et l'Agence mondiale antidopage ont dû examiner le volumineux dossier présenté par les avocats de Cantador. Cantador va certainement recourir au Tribunal Fédéral et s'il venait à gagner son dernier recours, les instances qui l'ont condamné pourrait payer très cher. C'est une histoire de gros sous.

Ce qui est étonnant dans le cyclisme - mais en fait pas vraiment - c'est que ses petits copains du milieu ne se réjouissent pas vraiment des sanctions infligées. C'est le cas, par exemple, d'Andy Schleck et de Michele Scarponi qui sont maintenant devenus vainqueurs du Tour de France et du Tour d'Italie 2010.
Quant à Steve Morabito, il est triste pour lui (NF du 7 février 2012). Pour Alex Moos, c'est dommage qu'il perde le bénéfice du Giro parce qu'il a commis une erreur au Tour de France (NF du 7 février 2012).

Novembre 2011: Yannick Noah déclanche un tollé en disant que les sportfs espagnols carburent à la potion magique. Dans le numéro 130 de Sport et Vie (janvier-février 2012), un excellent article est consacré à cette histoire. L'article déplore que Noah n'ait pas mieux étayé ses affirmations en racontant le cas de 5 cyclistes espagnols sous le coup d'un contrôle positif et présentant des arguments loufoques pour leur défense, en rappelant l'histoire de l'Ethiopien Bezabeh Alemayehu, naturalisé espagnol, et dont les poches de sang ont été dévouvertes chez son entraîneur, en citant les affaires Puerto et Galgo qui n'ont jamais livré leur secret, en redisant le triplé surprenant des marathoniens espagnols lors des championnats d'Europe 1994 (l'un des 3 mourut lors d'un entraînement à 39 ans!), en racontant le blanchiment miraculeux de l'athlète Marta Dominguez, etc.
Février 2011: Le cycliste italien Riccardo Ricco a été victime d'un grave malaise. C'est lui-même qui a avoué aux médecins, pour sauver sa peau, s'être fait une autotransfusion de sang. Il venait de reprendre la compétition après une suspension de 20 mois pour dopage. Il est réjouissant de constater - c'est nouveau dans ce milieu - que ses camarades de jeu souhaitent ne plus jamais le voir dans un peloton.
Juin 2010: le cycliste soleurois Thomas Frei a été reconnu coupable de prise d'EPO. Il a été suspendu 2 ans. Thomas Frei a reconnu les faits. C'est suffisamment rare pour le signaler.

Mai 2010: l'Américain Floyd Landis, vainqueur déchu du Tour de France 2006, reconnaît enfin s'être dopé et accuse Lance Armstrong de l'avoir aidé à comprendre l'usage des produits dopants. Landis avait déboursé plus de 2 millions de dollars en frais de procédure pour tenter, sans succès, de se défendre contre les accusations de dopage. L'agence mondiale antidopage a dû dépenser près d'un million et demi de dollars pour réfuter les arguments de Landis.
Alexandre Moos: "Il ne sert à rien de ressortir des histoires vieilles de 4 ans. Ce grand déballage n'est pas bon pour l'image du vélo. Une fois pour toutes, il faut tourner la page avec ces affaires." (NF du 21 mai 2010)

Ce déballage peut servir à mieux comprendre la pratique du dopage dans certain milieu. Désolé, Alexandre, la page est loin d'être tournée.
Mai 2010: le champion du monde espoirs de cyclocross, le Polonais Pawel Szczepaniak, 21 ans, a été contrôlé positif à l'EPO. Il écope de 8 ans de suspension. Son frère Kacper, qui avait terminé 2e de la même course et lui aussi contrôlé positif à l'EPO, écope de 4 ans de suspension. Belle famille!
Avril 2010: LaShawn Merrit a subi un contrôle antidopage positif par trois fois. Il prenait du DHEA (stéroïde). Le champion olympique du 400 m à Pékin en 2008 invoque avoir pris ce produit pour augmenter la taille de son pénis. Que devrait-il prendre pour augmenter la taille de son cerveau ?
12 octobre 2009: décès du cycliste Frank Vandenbroucke, 43 ans!  

Lors des derniers championnats du monde de la montagne, à Campodolcino (Italie, 6 septembre 2009), il y eut trois Italiennes aux trois premières places! La gagnante, Elisa Desco, contrôlée à cette occasion, s'est fait pincer à l'EPO Cera.

Quand un pays organisateur place trois de ses représentantes aux trois premiers rangs, le doute s'installe fortement... Elisa Desco est la compagne de Marco de Gasperi, multilple champion du monde de la montagne et vainqueur à 2 reprises de Sierre-Zinal.

Martial Saugy, directeur du Laboratoire suisse d'analyse du dopage, était interrogé dans Migros Magzine du 29 juin 2009. Extraits:
Le parcours de Bernard Kohl, ancien cycliste autrichien, qui s'est fait pincer l'an dernier avec de l'EPO Cera dans le sang, avoue s'être dopé durant 7 ans et a subi plus de 200 tests sans se faire attraper! Comment cela se fait-il?
"Kohl se dopait entre 20 h et 22 h avec des doses qui disparaissaient avant le matin même. La fenêtre de détection des substances qu'utilisent les coureurs étant relativement courte, celles-ci restent difficiles à déceler."
Et ces doses quasi homéopathiques suffisent à les booster?
"En fait, ça marche comme ça: dans les semaines qui précèdent le tour, ils se dopent à mort pour faire monter leur taux d'hématocrite et ils essaient ensuite de maintenir ce niveau avec des petites doses indécelables."

 

Mai 2009: le sprinter britannique Dwain Chambers, 9'' 87 sur 100 m, fut contrôlé positif en 2003 aux stéroïdes. Dans son livre Race against me, il avoue avoir ingurgité environ 300 drogues différentes. Depuis son retour en 2006, il se présente comme un athlète respectacle mais court plus vite qu'à l'époque où il se dopait. Il a été sacré champion d'Europe au printemps 2009 sur 60 m, en 6'' 42, à trois centièmes du record du monde. Les organisateurs de la Golden League renoncent à l'engager dans leurs meetings.

Bravo aux organisateurs de la Golden League. Voilà une bonne manière de sanctionner les tricheurs.

La télé suisse romande (TSR2), avait titré son émission du 29.04.09 "Café des Sports: Cyclisme, une année sans scandale." Cette émission devait paraître pendant le Tour de Romandie. Le lendemain, les médias nous annonçaient que l'Italien Davide Rebellin, vice-champion olympique à Pékin et récent vainqueur de la Fléche wallonne, faisait partie d'un groupe de 6 athlètes contrôlés positifs à l'EPO Cera.

L'émission fut tout simplement annulée!


La télé ferait mieux d'attendre le 31 décembre avant de parler d'une année sans scandale.
Les échantillons ayant donné lieu à des contrôles positifs avaient été prélevés lors des jeux de Pékin (2008). En fonction des progrès réalisés dans la détection des produits dopants, les laboratoires peuvent faire une nouvelle analyse des échantillons. La marge des tricheurs diminue.
Les 5 autres athlètes incriminés : Stephan Schumacher (Allemagne, cyclisme); Rashid Ramzi, champion olympique du 1500 m (Maroc puis Barheïn, athlétisme); Athenasia Tsoumeleka, championne olympique à Athènes (2004) des 20 km (Grèce, marche); Vanja Perisic (croate, athlétisme) et Yudelquis Contreras (République dominicaine, haltérophillie).

Richard Chassot, patron du Tour de Romandie, était interrogé dans le "Matin" du 27.04.09. Morceaux choisis:

Et si un jour, vos enfants décidaient de faire du cyclisme leur métier, que leur diriez-vous ?
"Notre sport a vraiment réglé les problèmes de dopage. Ce qui n'est vraiment pas le cas dans d'autres disciplines où on propose aux gamins de 12 à 20 ans des hormones de croissance ou de l'EPO..."

Et vous, Richard, vous êtes-vous aussi dopé ?
"Je suis passé pro dans des petites équipes où on n'avait pas les moyens de se doper. Mais je dois avouer que dans les grandes courses, comme à la Vuelta, j'ai touché un tout petit peu à la cortisone, c'était un contre-douleur.... et puis le produit me faisait l'inverse. J'étais fatigué... les circonstances ont fait que je n'ai pas été confronté au dopage organisé."

Résumons :

1. Nous, c'est fini mais les autres par contre...
2. Mes équipes n'avaient pas les moyens
3. J'ai juste essayé un peu mais ça me faisait l'inverse
4. J'ai été confronté au dopage mal organisé

Selon un article du "Matin" (19.03.09), une étude statistique faite sur des échantillons capillaires en France a révélé la présence de DHEA, une hormone connue pour ralentir la vieillesse mais aussi un stéroïde anabolisant figurant sur la liste des produits interdits par l'agence mondiale antidopage. Sport le plus touché : le football.. Dans le même article, Martial Saugy, directeur du laboratoire suisse d'analyse du dopage, explique que la DHEA est une substance endogène (qui se trouve naturellement dans le corps). Dans ce cas, la difficulté consiste à prouver que ce produit a été absorbé de manière exogène, ce qui n'est pas possible pour l'instant.
Cette histoire illustre l'un des problèmes de la lutte antidopage. Tant qu'il n'y a pas de preuves, il n'y a que des doutes.
Stéphane Lambiel reste disponible pour d'éventuels contrôles antidopage (mars 09)

Les athlètes de haut niveau (groupe cible) qui se sont retirés de la compétition doivent être en mesure de prouver qu'ils ont réintégré le groupe cible depuis une année avant de pouvoir à nouveau prendre part à des compétitions de haut niveau telles que, par exemple, des championnats d'Europe, des jeux olympiques, etc. Stéphane Lambiel, en disant qu'il reste disponible, annonce qu'il ne s'est pas (encore) retiré de la haute compétition.
Cet oubli (?) d'annoncer son retour avait coûté la participation de la tri athlète Magali Di Marco-Messmer aux JO d'Athènes en 2004.

Dans un interview de Pascal Richard dans le "Nouvelliste" du 31.01.08, on peut lire ceci : "Peut-être que j'ai été dopé sans le savoir, c'est possible, mais de toute façon ces deux injections par semaine n'ont rien à voir avec les doses que prenaient certains. Mon sentiment est partagé. D'un côté, je me dis que j'ai la chance de ne pas toucher au dopage, au dopage lourd, et d'un autre côté, je me dis qu'avec un vrai docteur, j'aurais fait une toute autre carrière. Heureusement, je n'ai pas eu à choisir." Merci Pascal pour cette réponse digne des plus grands comiques !
Le joueur-entraîneur de hockey canadien Terry Yake avait été suspendu quelques mois pour dopage à la testotérone (contrôlé positif le 10.09.07). Dans le Nouvelliste du 8.11.07, il déclare : "J'ai utilisé une crème pour me soigner et non pour me doper. Ma santé et l'amour que je porte à ma famille sont plus importantes que tout." C'est fou le nombre de sportifs qui prennent leur famille à témoin pour crier leur bonne foi.
Le 27 avril 2006, Patrik Blanc était interrogé dans "La Gruyère", au sujet de la Patrouille des Glaciers.
Que pensez-vous du fait qu'il n'y aura pas de contrôles à l'arrivée? Réponse de Patrick : "Nous sommes contrôlés toute la saison, j'aurais préféré que l'armée le fasse aussi à la Patrouille, cela enlèverait toute suspicion."
Associé à Stéphane Brosse et à Guido Giacomelli, Patrick établissait un nouveau record de la course le 29 avril 2006 (6 h 18' 48''). Deux ans plus tard, le 19 avril 2008, Patrick Blanc, associé cette fois à Grégory Gachet et Florient Perrier terminait au deuxième rang. Pour la première fois dans l'histoire de la Patrouille, il y avait des contrôles à l'arrivée. Dix concurrents furent contrôlés dont Patrick Blanc. Les analyses montrèrent que Patrick, l'un des plus beaux palmarès du ski-alpinisne était dopé à l'EPO (de phoques).